MENU
Voir tous les articles

Animaux de compagnie : quel est l’impact d’un chien ou d’un chat sur votre budget ?

Selon René Michau, président du Syndicat professionnel des métiers et services de l’animal de compagnie (Prodaf), les Français dépensent chaque année 4,8 milliards d’euros pour leurs animaux de compagnie. Si ce coût est important, il existe néanmoins certains moyens de le faire diminuer.

On dénombre en France près de 63 millions d’animaux de compagnie et environ un foyer sur deux en possède au moins un. Si le rapport entre les Français et leurs compagnons à quatre pattes est avant tout sentimental, ces derniers représentent cependant un coût important pour leurs propriétaires. De l’alimentation aux soins en passant par les accessoires, voici un aperçu des principales dépenses ainsi que de quelques astuces pour en réduire la charge.

Sur terre ou dans l’eau : le montant des dépenses diffère selon les animaux.

Sur la première marche du podium des animaux favoris des Français, on retrouve 32 millions de poissons (plus de la moitié des animaux domestiques dans notre pays). Ces derniers n’impactent que très peu le budget de leurs propriétaires, les dépenses en alimentation étant minimes et celles des soins et accessoires inexistantes.

Au deuxième rang, les 14,2 millions de chats représentent une dépense annuelle moyenne de 600 euros pour un foyer, principalement tirée par le coût de la nourriture.

Enfin, les 7,6 millions de chiens complètent ce trio. Plus coûteux que leurs cousins félins, ils représentent une charge annuelle de 800 euros pour un ménage.

Au total, les chiens et les chats représentent à eux seuls 3,5 milliards de dépenses par an sur un total de 4,8 milliards.

Les frais vétérinaires : un budget de plusieurs centaines d’euros par an

Tout d’abord, rappelons que la première année est généralement celle qui revient le plus cher ! Outre l’achat de l’animal, vous devrez vous procurez le gros du matériel (cage, mangeoires, etc.) et procéder à certaines opérations telles que la pose d’une puce d’immatriculation ou la vaccination.

En moyenne, un propriétaire de chien amène son animal 1,7 fois par an chez le vétérinaire, contre 1,3 fois pour les propriétaires de chats. Et la facture s’avère salée : en moyenne, les chiens coûtent 223 € par an et les chats 174 € par an en frais de santé. Les propriétaires Français affirment aussi que leur plus grosse dépense de santé pour leur chien a été de 307 € et de 218 € pour leur chat.

Heureusement, quelques astuces vous permettent de réduire ces coûts

Premièrement, pour l’achat de votre animal, privilégiez les cercles de connaissance ou la revente entre particuliers. Aujourd’hui certains sites spécialisés tels que Leboncoin.fr peuvent vous mettre en relation avec des revendeurs qui proposent des prix souvent bien inférieurs à ceux du marché.

Ensuite, concernant l’alimentation, acheter en gros dans les magasins et opter pour le commerce en ligne, vous permettra de gagner quelques euros tous les mois. Certains sites spécialisés sur Internet proposent par exemple des tarifs jusqu’à 20% inférieurs à ceux des réseaux physiques.

Pour les frais médicaux, il peut être intéressant de souscrire une mutuelle pour animaux qui couvrira intégralement ou partiellement les frais de vétérinaire en cas d’accident ou de maladie. Pour être remboursé, rien de plus simple ! Vous n’aurez qu’à remplir une feuille de soin lors du rendez-vous et l’envoyer à votre mutuelle qui vous remboursera par virement.

Il existe différents niveaux de formule et votre choix dépendra de l’âge de votre animal, de ses antécédents et de la couverture que vous souhaitez. Pour un chien, les prix varient en moyenne de 10 à 25 euros mensuels pour une assurance de base et peuvent avoisiner les 70 euros pour une assurance premium. Pour les autres animaux, les tarifs sont généralement plus avantageux.

Afin de faire face aux dépenses nécessaires engendrées par votre animal domestique, un seul maître mot : la prévoyance ! N’hésitez pas à aller sur Internet pour économiser sur les dépenses en alimentation ou en accessoire. Aussi, ne négligez pas la protection qui vous permettra de faire face plus sereinement à d’éventuels coups durs !

 

Sources : enquête FACCO/KANTAR-TNS 2016, enquête FACCO/KANTAR-TNS 2018, enquête Ipsos – Observatoire des propriétaires français 2019 – Pour SantéVet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Partager sur